Sites de plongée

  • 0 Aquafête des rapides

    • Autres
    • par Diables des mers
    • 23-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

  • 0 Baie Comeau, Baie Saint-Pancrace

    • Autres
    • par Diables des mers
    • 23-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

  • 0 Iles de Boucherville

    • Autres
    • par Diables des mers
    • 23-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

  • 0 Ile Bonaventure,Percé

    • Autres
    • par Diables des mers
    • 23-03-2021
    4.00 de 2 Évaluations

    L'ANSE-AU-BILBO Située du côté nord de l'Île, cette anse offre une protection efficace contre les vents. Même avec un vent de l'Est de force 5 au large, cette baie demeure très calme. Site panoramique, idéal pour une plongée en famille, le fond est coloré d'algues corallines, de laitue de mer, d'étoiles multicolores, d'oursins, d'anémones et de nombreux autres organismes augmentant la féerie des couleurs. Ici ce n'est qu'une suite de surprises et d'émerveillements qui surprend les plongeurs lors du passage des nombreux tunnels formés par les éboulis; faune variée, du minuscule diatomée au gros phoque gris, flore excessivement colorée et presque étouffante d'abondance, reliefs sous-marins pour alpinistes ou spéléologues de néoprène. C'est par milliers que des petites étoiles de mer très communes, surnommées Ophiures Pâquerette, s'attachent aux parois des rochers et ne laissent dépasser que leurs bras en quête de nourriture. Par les mouvements serpentiformes de leurs bras, ceux-ci forment de véritables corridors vivants et ajoutent une note d'aventure à la randonnée sous-marine. Sous les rochers se cachent un Homard presqu'à tous les coups, si ce n'est pas une Tanche Tautogue qui nous guette, et l'observateur attentif peut facilement contempler les Gammares ainsi que les délicates Crevettes Striées qui abondent à cet endroit. A tout moment, il est possible d'être surpris par un phoque qui vient satisfaire sa curiosité. Il est aussi fréquent d'observer des bancs de Lançons d'Amérique, ces petits poissons argentés d'au plus 20 cm qui se déplacent par milliers sur le fond de sable. La plongée-tuba et la plongée-bouteille se côtoient dans une profondeur variant de 1 à 12 mètres. Ce site qui offre un paysage magique sous les étoiles est l'endroit tout indiqué pour une plongée de nuit. Situé au pied d'une immense falaise sur le côté Nord-Est de l'Île, le Mur Noir est accessible aux plongeurs débutants et offre une "Chasse au Trésor" aux plongeurs plus expérimentés. En effet, cette chasse consiste à la recherche d'une grosse ancre, vestige d'un ancien naufrage, qui repose sur le fond de sable à une profondeur d'environ 20 mètres. Pour rejoindre cette ancre centenaire, les plongeurs doivent suivre la chaîne de celle-ci qui s'étend sur plus de 50 mètres. Pour ajouter à la difficulté de la recherche, cette chaîne est discontinue à plusieurs endroits. C'est donc au plongeur à évaluer la direction que doit prendre cette chaîne pour retrouver l'autre extrémité afin de continuer sa route. En observant attentivement les maillons de la chaîne, il est possible de découvrir plusieurs Nudibranches Rouge qui se retrouvent tout autour. De plus, c'est l'endroit tout indiqué pour observer le Loup Atlantique qui trouve refuge dans les nombreuses crevasses sous les éboulis. A la fin du parcours le long de la chaîne, voilà que se dresse au loin, sur le fond de sable, cette ancre superbe faisant plus de deux mètres de haut. Sur la partie supérieure, nous observons une très belle Éponge Digitée qui la surmonte telle la gardienne de ce précieux trésor. Prenez soin de ne pas abîmer cette éponge fragile pour la laisser intact au bénéfice de ceux qui vous suivront. Une colonie de phoques résident à cet endroit et leur présence se fait surtout remarquer lors des plongées matinales. Lors d'une récente plongée, une grosse méduse Crinière de Lion fut observée en surface. Une mise en garde s'impose car cet animal possède des centaines de tentacules de plusieurs mètres de long qui portent des nématocystes dont le venin est extrêmement toxique et peut causer des brûlures et des irritations. Ce site est sujet à d'assez forts courants lors du changement des marées, donc une bonne planification s'impose pour faciliter et sécuriser la plongée.   L'ANSE-CHATOUILLEUSE Ouverte sur l'est, cette baie est la plus grande de l'Île. À la surface, c'est un panorama grandiose qui s'offre aux plongeurs lorsqu'ils jettent l'ancre à quelques pieds des falaises où nichent des milliers de fous de Bassan. Plusieurs plongées différentes peuvent s'effectuer à l'intérieur de cette grande baie peuplée de grosses anémones tubulaires, particulièrement la très belle Anémone Rouge du Nord souvent de grande taille. Sur le côté sud de la baie, beaucoup de Moules Bleues se collent en groupe sur les rochers et, plus en profondeur, il est possible d'observer plusieurs spécimens très colorés d'une de nos plus belles espèces d'étoile de mer, soit le Soleil de Mer Épineux. En plus d'être accessible aux plongeurs débutants, ce site offre plus de profondeur, pouvant atteindre un peu plus de 25 mètres.              LA BAIE DES MARIGOTS Cette petite anse située sur le côté est de l'île doit son nom à une expression argotique des anciens morutiers français, soit de courir le marigot: qui signifie paresser, se dérober au travail. Cet endroit où les pêcheurs se cachaient pour dormir ou jouer aux cartes se traduit en anglais par Lazy Beach. De type familial, cette baie est fermée à une extrémité par une plage de sable. Elle est encerclée de deux bras rocheux qui descendent en escalier sous l'eau. Ouverte sur le sud, la profondeur peut atteindre 20 mètres.     A l'occasion, il est possible d'observer de nombreux mammifères marins qui viennent surveiller nos préparatifs en surface. Aussi, beaucoup de Tanches Tautogues se camouflent sous les rochers. Il suffit d'ouvrir quelques oursins pour attirer ces tanches gourmandes. Ne soyez pas surpris d'attirer, en plus, l'attention d'un phoque curieux. Il vous est même possible de nager en sa compagnie durant votre randonnée. Ce site jouit normalement d'une très bonne visibilité et vous permet d'observer de gros homards cachés ici et là. Plusieurs Crapauds de Mer se dissimulent parmi les laminaires et en observant attentivement vous pouvez même surprendre une Loquette d'Amérique qui se cache de ses principaux prédateurs: les phoques.   Accessible aux plongeurs de tous les niveaux, la Baie des Marigots héberge une faune variée et est l'endroit idéal pour effectuer une première plongée de familiarisation au début de notre séjour.       LE TOMBANT   Situé à l'extrémité sud de l'Anse Chatouilleuse, ce site consiste en un mur en surplomb, creusé sous la falaise de l'Île par le jeux des marées et des glaces. A même la falaise, plusieurs grottes permettent l'observation de la faune et de la flore en milieu très protégé. Cette plongée de falaise s'adresse aux plongeurs plus expérimentés qui possèdent une bonne maîtrise de leur neutralité en plus d'être confortable en eau plus profonde. Il existe un premier plateau à une profondeur de 55 à 60 pieds et la profondeur maximum est atteinte vers les 120 pieds. De plus, la présence d'un courant de 1 à 2 noeuds est très fréquent à cet endroit.   C'est avec beaucoup d'émotions que l'on effectue une première plongée à cet endroit. Cette plongée débute en avançant de quelques mètres sous la falaise jusqu'à la ligne de marée basse. A cet endroit de calme et de silence, la falaise reprend son angle vertical. Nos bulles d'air qui remontent à la surface délogent les particules et la vie marine qui se sont fixées sur la paroi en surplomb au-dessus de nos têtes. Ce phénomène affecte partiellement la visibilité, par contre, les crabes nous offrent tout un spectacle lors de leur chute libre telles de véritables araignées volantes. Sur la falaise, plusieurs grottes permettent une pénétration de quelques mètres pour contempler les belles Anémones du Nord camouflées à l'intérieur. En plus des Morues de Roche et des Loquettes d'Amérique qui habitent la majorité de ces grottes, de gros Sébastes se font très timides à l'approche des plongeurs. En suspension dans l'eau, il nous est possible d'observer de grosses Groseilles de Mer de plus de 6 pouces ainsi que des méduses Crinière de Lion qui voguent au gré des marées.   En considération de la profondeur et des conditions plus difficiles de l'endroit, cette plongée nécessite une bonne préparation en plus du respect très stricte de son plan de plongée: "Plan your Dive and Dive your Plan". Aussi, une bonne surveillance de sa consommation d'air ainsi qu'une bonne communication avec son copain ajoute à la sécurité de la plongée.   Ce site exceptionnel offre une plongée fantastique et permet aux plongeurs de découvrir le pilier de cette Île magnifique qui baigne, sous les flots, dans le calme et le mystère.       LA GROTTE   Passée l'Anse-au-Bilbo vers l'est et avant d'atteindre le Mur Noir se trouve une formation rocheuse donnant accès à une grotte peu commune. Accessible aux plongeurs de tous les niveaux, cette plongée peu profonde nous offre un décor hors de l'ordinaire.   Étant difficile à localiser, ce sont nos guides qui nous conduisent à cet endroit spectaculaire. Nous progressons le long d'un grand corridor formé par des falaises escarpées pour parvenir à l'entrée d'une grande grotte qui nous permet de remonter à la surface par l'intérieur. Ceci se fait en toute sécurité car il existe à l'intérieur une bonne circulation d'air qui souffle à travers de nombreuses petites fissures. Mentionnons aussi que cette grotte est ouverte sur la mer à marée basse.   La plus grande partie de la plongée s'effectue à l'intérieur de la grotte afin d'observer la vie marine très variée qui habite ces lieux. Lors d'une récente plongée à cet endroit, un banc de lançons nous offrait un magnifique "ballet" sous-marin devant le contre-jour de la sortie. La plongée se termine par l'exploration de la partie est du Bilbo.   Nul besoin d'une expédition à l'autre bout du monde pour découvrir un site pittoresque. Nous possédons ici-même en Gaspésie une formation géologique unique qui est toujours très appréciée des participants.   La plongée se termine donc par l'exploration du secteur est du Bilbo qui recèle de nombreuses surprises avec sa vie marine variée et ses beaux paysages marins. Cet endroit serait aussi un très beau site pour une plongée de nuit.       LE VIVIER   Que diriez-vous d'une plongée en compagnie de milliers de homards? Cette invitation vous semble fantastique n'est-ce pas? C'est pourtant ce qui nous attend lors d'une plongée au Vivier des restaurateurs locaux.   Au pied du Rocher Percé, il nous sera possible d'aller visiter des installations sous-marines de conservation de homards (homarus americanus) et de contempler sur le fond quelques milliers de ces savoureux crustacés qui attendent patiemment leur remontée vers les chaudrons des restaurants du village. En effet, par 20 mètres de fond, des restaurateurs soucieux d'offrir un produit de qualité ont installé plusieurs cages dans lesquelles sont conservé leur approvisionnement de la saison.   Ayant reçu l'autorisation nécessaire, nos guides nous conduiront à cet endroit pour admirer ce spectacle de crustacés. Ils profiteront sûrement de l'occasion pour cueillir les plus beaux homards qui nous seront servis au prochain souper, difficile de trouver plus frais...   Cette plongée peut se poursuivre par une exploration de la base du Rocher Percé afin d'en connaître tous ses secrets.                LE ROCHER AUX OISEAUX   Ce site est tout aussi typique à Percé que Georges Mamelonet lui-même. En effet, suite à des discussions tardives avec ce grand plongeur gaspésien, celui-ci nous propose une plongée très matinale dans un site enchanteur en présence d'une colonie de phoques.   Seul inconvénient à cette plongée: elle doit se faire à 6h00 du matin, au levée du soleil! En effet, ce site est traversé par les bateaux d'excursion de l'Île et nous empêche d'utiliser le drapeau de plongée qui ferait entrave à la bonne circulation maritime. C'est pourquoi nous devons effectuer notre plongée avant la sortie du premier bateau cédulé pour 8h00.   C'est donc au levé du soleil que les pneumatiques se dirigeront vers cet endroit gardé secret par l'élite locale. Atteignant une profondeur de près de 20 mètres, cette plongée s'adresse à des plongeurs expérimentés pouvant bien naviguer sous l'eau et ayant de l'expérience en plongée de courant, toujours possible à cet endroit.   L'an dernier, nous avons profité d'une visibilité de plus de 20 mètres lors de notre randonnée à cet endroit féerique. Les phoques nous encerclent et, avec cette bonne visibilité, nous pouvons admirer au loin toutes leurs prouesses.   Gilles Lacasse, notre guide ce matin-là, ne pouvait résister à l'attrait des nombreux tunnels, si petits soient-ils, qui se présentaient devant lui. Soulignons que ce dernier est membre en règle des "Allégés de Percé" et possède des techniques de plongée bien différentes des nôtres. N'hésitez pas à lui demander des renseignements supplémentaires pour en connaître davantage sur ces techniques locales.       LA ROCHE CARRÉE   De la rive, nous pouvons facilement distinguer cet immense bloc de roche arraché à la falaise. Situé sur la face nord-ouest de l'Île, c'est le premier site accessible à l'approche de l'Île Bonaventure. Cet endroit offre autant d'attraits aux plongeurs débutants qu'aux plongeurs plus expérimentés. Site parfois négligé lors d'excursion de groupe, il cède souvent sa place au Bilbo, au Mur Noir ou bien à l'Anse Chatouilleuse. Pourtant ce secteur est tout aussi pittoresque et spectaculaire, de plus il se prête aussi bien à la plongée-tuba qu'à la plongée-bouteille.   C'est dans une petite baie bien protégée et peu profonde, à l'arrière de la Roche Carrée, que l'on effectue nos derniers préparatifs. La plongée débute en traversant un tunnel pour sortir de la baie. Les nombreux corridors créés par les éboulis forment un véritable labyrinthe sous-marin qui incite à l'exploration. Nous devons parfois remonter vers la surface pour observer une vue d'ensemble et choisir une nouvelle direction devant un couloir sans issu. Sous la Roche Carrée, il y a une grande grotte ouverte sur deux faces qui abrite un banc de tanches gourmandes. Amusez-vous à les nourrir d'oursins pour être rapidement envahis par ces poissons voraces qui viennent vous picoter le bout des doigts en quête de nourriture. A différents endroits, les tunnels font place à des champs d'oursins. Au loin, nous observons soudain un énorme banc de lançons qui vient défiler devant nous durant plus de trois minutes. Nous admirons aussi les nombreuses plantes marines qui s'accrochent aux rochers et qui donnent des reflets multicolores à ce relief marin.   Malheureusement, une plongée de nuit à cet endroit est fortement déconseillée car ces labyrinthes sous-marins rendent la navigation nocturne très difficile.       LA CREVASSE   Site très pittoresque, ouvert sur la mer, encore sauvage et très peu fréquenté. En direction sud, passé l'Anse Chatouilleuse, nous atteignons l'arrière de l'Île et, en contournant la Pointe à Margaulx (épellation savoureuse de Jacques Cartier pour désigner les Fous de Bassan), nous découvrons une immense fissure verticale qui coupe la falaise depuis la base jusqu'au sommet. Cette fissure s'étend même sous l'eau à une profondeur d'environ 6 mètres. A l'approche du site, il se dégage une forte odeur du "guano" signalant la présence des oiseaux qui y nichent. Une plongée à la base de la fissure est déconseillée car la présence d'excréments d'oiseaux affecte la visibilité et l'effet des courants jumelé au ressac des vagues rendent cette incursion très périlleuse. Ancré dans des eaux relativement calme près de la fissure, la plongée s'effectue plutôt en direction sud vers un petit rocher à fleur d'eau, surnommé la Roche aux Phoques, et situé à quelques centaines de mètres de la fissure. Comme son nom le suggère, une colonie de Phoques Gris encerclent l'endroit.   Sous l'eau nous découvrons de très gros morceaux de roche s'étant jadis détachés de la falaise. Ceux-ci forment de longs corridors à parcourir ainsi que de nombreux tunnels à explorer. Les parois des rochers sont littéralement tapissées de Corail Mou. Ces colonies de polypes se nourrissent en s'ouvrant comme des petites fleurs pour capturer les minuscules éléments du plancton provenant des courants du large. Lorsque les polypes sont complètement rétractés, le corail mou ressemble alors tout à fait à une grappe de framboises rouge-vif qui contraste parmi les milliers d'Oursins qui jonchent le fond. Aussi, de très belles Éponges Encroûtantes et Verruqueuses, très développées et de couleur allant du jaune au vert, s'accrochent sous les rochers. A l'intérieur des nombreux tunnels se camouflent de très belles Anémones Tubulaires qui nécessitent une bonne lampe de plongée pour admirer toutes leurs couleurs.   Soudain nous apercevons l'ombre de cet immense monolithe de pierre qui se dresse devant nous. Ce rocher possède un diamètre de près de 10 mètres et forme une falaise parfaitement verticale de plus de 15 mètres avant de percer la surface. Profitant d'une visibilité atteignant près de 10 mètres, nous distinguons au loin quelques phoques qui, pour satisfaire leur curiosité, observent attentivement leurs nouveaux amis vêtus de néoprène. Nous assistons alors à tout un spectacle de prouesses sous-marines exécutées par ces agiles pinnipèdes enjoués.   Toutefois, une mise en garde s'impose pur une plongée sécuritaire. En effet, cet endroit est exposé à la pleine mer et est sujet à d'assez forts courants qui tourbillonnent entre la Pointe à Margaulx et la Roche aux Phoques. Même durant une plongée près de l'étale haute suite à une petite marée de moins d'un pied, nous ressentons toujours les effets de ces petits tourbillons. Cette plongée demande donc une bonne planification, car en plus de la présence des courants, ce site se trouve sur la route des bateaux d'excursion de l'Île. Cette plongée doit donc s'effectuer très tôt, vers 6h00 le matin. Pour récompense, le plongeur se voit offrir une eau cristalline dans un environnement encore vierge où la vie marine lui offre ses plus beaux attraits naturels.   Cet endroit se joint au site du Tombant pour offrir des plongées de classe internationale et nécessite sûrement plus d'une plongée pour en découvrir toutes les beautés cachées.       LE CAP BLANC   Élevé de quelque deux cents pieds au-dessus de la mer, le Cap Blanc doit son nom à la couleur blanche de sa roche composée de calcaire silurien-ordovicien qui se découpe sur l'arrière plan de la table de conglomérat rouge du Mont Sainte-Anne. Le sommet, à quelques pas de son versant Nord, a reçu le nom de Côte-de-la-Surprise en raison de la vue superbe qu'il offre sur le Rocher Percé ainsi que sur toute la baie.   Le pied de la falaise du Cap Blanc sert souvent de site alternatif lorsqu'une traversée à l'Île devient difficile suite à la levée du brouillard; cet endroit est donc rarement exploré par beau temps. Dommage, car par 40' de fond, nous avons l'occasion d'examiner les restes d'un navire à vapeur ayant connu un sort tragique lors d'une tempête.   Malgré que les glaces aient étalé les pièces de l'épave sur le fond de gravier, il nous est encore possible d'examiner la bouilloire, la transmission ainsi que l'hélice. Les nombreuses petites conduites appartenant à la bouilloire offrent logis à tantôt un Ulvaire et à tantôt un petit Homard. Toutes ces pièces sont recouvertes d'Algues Corallines et une forêt de Corail Mou (framboise de mer) y prend racine en s'harmonisant avec les Psolus (genre de concombre) qui brillent de leur rouge écarlate. De plus, nous pouvons observer une très belle Éponge Digitée qui s'accroche à l'hélice un peu plus en profondeur. Partout sur le fond nous découvrons des pièces de la coque du navire ainsi que ce qui semble être des pipes, des rails du pont et des pièces de treuil.   Sur la pointe du Cap se trouve une petite falaise recouverte de Laminaires et de Laitue de Mer qui abrite la vie animale de l'endroit. Le jeu des rayons de soleil sur les plantes aquatiques ajoute une note théâtrale au passage des bancs de Maquereaux qui sillonnent fréquemment la Baie de Percé                LE ROCHER PERCÉ   Sur la pointe de cette côte gaspésienne où en 1534 Jacques Cartier aborda pour la première fois le rivage canadien, caressé par les vagues mourantes du large, se dresse le Rocher Percé. Navire de pierre échoué depuis quelques milliers d'années, sculpture monumentale d'une autre ère, ce Léviathan domine la baie de Percé de ses 100 mètres. Ce site de plongée est sans doute le plus pittoresque et le plus spectaculaire de tous au Québec. Le simple fait de s'y diriger pour plonger à de quoi "vous couper le souffle". Il offre lui aussi des possibilités de plongée pour tous les niveaux. De la plongée-bouteille, le Rocher vous dévoilera ses secrets cachés de chaque côté de sa base. * Ce site est tout indiqué pour une plongée de nuit, autant pour la proximité de la côte que pour la faible profondeur tout autour de la base du Rocher Percé.   ET ENCORE... Plusieurs autres sites, tous aussi variés et attrayants les uns que les autres nous y attendent. Nous pouvons mentionner entre autre Le Boeuf Couché où nous avons effectué une plongée avec des phoques l'an dernier. Le Rocher aux Oiseaux sera encore un autre site à découvrir par notre groupe si les conditions le permettent. Il y a aussi le Banc des Américains, au large de Pointe Saint-Pierre, qui attend d'être exploré par des plongeurs biens préparés. Et encore, et encore...   LA VIE MARINE AUX ABORDS DE L'ÎLE BONAVENTURE Le "Parc Sous-Marin" est composé d'une forêt très diversifiée de plantes aquatiques ainsi que d'une faune abondante. LA FLORE La flore aquatique se compose d'algues qui sont des plantes sans feuilles, sans fleurs ou graines, sans racines et sans véritables tiges, elles possèdent cependant de la chlorophylle. Son habitat est en majorité les eaux douces ou salées, à l'exemple des autres végétaux les algues sont à la base de la chaîne alimentaire en fournissant la matière organique aux autres animaux. Très peu de poissons se nourrissent d'algues, mais cependant les oursins verts sont reconnus pour brouter une prairie d'algues à l'image des vaches dans un champs. Les algues se divisent en quatre classes, selon la couleur qui provient de leurs pigments: les cyanophycées (algue bleue);les rhodophycées (algue rouge);les phéophycées (algue brune);les chlorophycées (algue verte). Il faut noter qu'aucun spécimen d'algue bleue n'est observable dans la région gaspésienne. LA FAUNE Il faut noter qu'en plus des espèces végétales, les principales espèces animales que nous observons dans la baie de Percé ne sont pas des poissons, mais appartiennent à d'autres classes d'animaux, dont: les spongiaires (éponges);les cnidaires (anémones, méduses);les cténophores (béroés, groseilles de mer);les mollusques (lamellibranches: chitons, bivalves; gastéropodes: nudibranches, patelles; céphalopodes: calmars);les annélides (vers, néréis);les arthropodes (crustacés: crabes, crevettes, homards, balanes);les échinodermes (étoiles de mer, concombres de mer, oursins, ophiures);les cordés (ascidies: pêches de mer et patates de mer; poissons osteichthyens: osseux; poissons chondrichthyens: cartilagineux tel les requins; pinnipèdes: phoques; cétacés: baleines, dauphins). Cependant quelques poissons, seuls ou en bancs, seront aussi observés. (Extrait du Carnet de Route 1996, Les Échos Sous-Marins)      

  • 0 Épaves de Kinston, Ontario

    • tewst
    • par Diables des mers
    • 23-03-2021
    4.00 de 1 Évaluations

    SITES DE PLONGÉE HISTORIQUES   FLORENCE PROFONDEUR 30-35 pi. / 10 M NIVEAU DÉBUTANT Sur fond rocheux. Profondeur 30-35', longueur 91', très délabré. Un remorqueur à vapeur construit à Lévis, Québec, en 1885. Il a coulé le 14 novembre 1933. Les engins ont été récupérés mais la chaudière est toujours là. Le fond de roche permet une bonne exploration.   FABIOLA PROFONDEUR 60 pi. / 18 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de sable et roche. Profondeur 60', longueur 95'. C'est un schooner à deux mâts construit en 1852 à Oakville en Ontario. Il a coulé le 22 octobre 1900. Les membres de l'équipage ont pu se rendre sur l'île "False Duck" sain et sauf. Étant sur un fond de sable, cette épave sécuritaire offre une plongée très intéresantes.   MANOLA PROFONDEUR 75 pi. / 23 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de roche. Profondeur 75' (coque à 55'), longueur 104'. La section avant de ce cargo océanique a coulé durant un orage en 1918 entraînant avec lui tous les 11 membres de l'équipage. L'épave repose aujourd'hui en position inversée. Il y a deux ancres massives à l'avant de cette très grosse coque et des débris sont éparpillés tout autour.ATTENTION : La pénétration d'épave requiert une formation spécialisée et de l'équipement approprié.   OLIVE BRANCH PROFONDEUR 95 pi. / 30 M NIVEAU AVANCÉ Sur fond de vase et argile. Profondeur 95' (pont à 90'), longueur 92'.Ce schooner à deux mâts fut construit à Picton en Ontario en 1871. Il a coulé en septembre 1880 avec une cargaison de charbon et a coûté la vie à tout son équipage . Un de ses mâts repose sur le pont à tribord et une ancre orne ce petit schooner assez exceptionnel. WOLFE ISLANDER II PROFONDEUR 80 pi. / 25 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase. Profondeur 45' a 80', longueur 164'. Coulé pour le plaisir des plongeurs en 1985, ce traversier en acier fut construit en 1946 à Collingwood en Ontario. Son nom de l'époque était le Ottawa Marybrook. Construit à l'intention d'un cadeau canadien à la Chine, ce dernier a été retenu lorsque la Chine est devenue un état communiste.   K.P.H. WRECK PROFONDEUR 65 pi. / 20 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase. D'origine inconnue, ce nom lui a été donné à cause de sa localisation près de l'hôpital "Kingston Psychiatric Hospital". C'est un bateau en bois avec un engin à vapeur. Ses points intéressants sont les chaudières et le gouvernail.   MUNSON PROFONDEUR 110 pi. / 34 M NIVEAU AVANCÉ Sur fond de vase. Profondeur 110' (pont supérieur à 100'), longueur 70'. Cette barge et drague à vapeur a coulé le 30 avril 1890 alors qu'elle était remorquée par le Emma Munson. Une plongée unique offrant un aperçu sur les méthodes de travail employées à cette époque. Cette drague est toujours munie de ses deux engins à vapeur, de sa génératrice, de ses outils, de sa machinerie complexe ainsi que son auge colossale.   ALOHA PROFONDEUR 55 pi. / 17 M NIVEAU DÉBUTANT Sur fond de sable. Profondeur 55' (pont à 50'), longueur 171'. Ce schooner fut construit au Michigan en 1888. Alors qu'il était en route vers Kingston, il s'est échoué le 28 octobre 1917 avec sa cargaison de charbon. Le capitaine s'est noyé. Aujourd'hui l'Aloha procure de très belles plongées avec beaucoup de vie marine évoluant sous les rayons de soleil.   EFFIE MAE PROFONDEUR 55 pi. / 17 M NIVEAU DÉBUTANT Ce chalutier de 40' a été donné à l'association POW par Ted and Donna Walker. Originalement mis à l'eau à Port Credit en 1968, ce bateau de plongée desservait la région de Kingston. Il fut coulé volontairement le 16 octobre 1993 et gît adjacent à la barge du Aloha. Une large ouverture taillée dans le toit procure un accès facile et sécuritaire à l'intérieur.   COMET PROFONDEUR 85 pi. / 26 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase. Profondeur 85' (pont à 80'), longueur 174'. Ce bateau de bois à roues à aubes fut construit en 1848 à Portsmouth en Ontario. Il coula après une collision avec le schooner Exchange en mai 1861. Une des rares épaves avec un engin à vapeur toujours visible. Vous pouvez observer ses deux roues à aubes s'élevant de 22 pieds au-dessus du pont. Un site impressionnant.   GEORGE A. MARSH PROFONDEUR 85 pi. / 26 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase. Profondeur 85' (pont à 80'), longueur 135'. Construit en 1882 au Michigan, ce schooner à trois mâts transportait un cargo de charbon en route pour l'hôpital Rockwood de Kingston. Il s'est échoué durant un orage le 8 août 1917 entraînant la mort tragique de ses 12 membres d'équipage. Une plongée fantastique pour la photographe sous-marine.   QUEEN MARY PROFONDEUR 67 pi. / 21 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Fond de sable et roche. Profondeur 67' (pont à 63'). Ce bateau à vapeur inconnu, de plus de 200 de long, a été coulé volontairement. La totalité du pont s'est effondré dans la coque. La grosse hélice et son gouvernail sont de bons sujets pour les photographes sous-marins. Avec ses bancs de poissons, cette épave offre une bonne alternative comme second site de plongée.   MAPLE GLEN PROFONDEUR 75 pi. / 23 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de sable. Profondeur 75', longueur 250'. Construit à Buffalo, NY, ce bateau à vapeur a été coulé en 1925 pour s'en débarrasser. Malgré que l'épave soit un peu délabré, on peut observer deux chaudières à 60', la base des moteurs, les engrenages ainsi que son hélice de 12 pieds.   CORNWALL PROFONDEUR 70 pi. / 22 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de sable. Profondeur 70' longueur 176'. C'est un bateau à roues aubes avec une coque d'acier. Construit en 1854, nommé le Kingston, il a été reconstruit en 1873 et renommé le Bavarian. Il a été coulé intentionnellement en 1930. Il est maintenant partiellement délabré. Roues à aubes, valves, poissons et chaudières sont autant d'éléments qui rendent cette plongée des plus intéressante.   GLENDORA PROFONDEUR 75 pi. / 23 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de sable. Profondeur 75' (pont supérieur à 65'), longueur d'environ 214'. Son origine n'est pas connue. C'est un bateau à vapeur en bois à deux étages. La machinerie a probablement été enlevée et le bateau a été coulé. Son hélice et son gouvernail sont toujours là.   TITANIC PROFONDEUR 70 pi. / 22 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de sable. Profondeur 70' (chaudières à 60'), longueur 230'. Son origine n'est pas connu. C'est un bateau à vapeur qui attire beaucoup de poissons et de plongeurs pour jouer entre les chaudières et les poutres de sa coque. CITY OF SHEBOYGAN   PROFONDEUR 95 pi. / 29 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Construit  par Fred Hamilton à Sheboygan, Wisconsin, ce schooner à trois mâts prit la mer le 5 juillet 1871. Le City of Sheboygan servait au transport du bois sur le lac Michigan. En septembre 1915, le nouveau propriétaire changea la vocation du vaisseau en le surchargeant avec 500 tonnes de minerais de feldspath. Ce navire de 135 pieds s'est échoué lors d'une tempête le 25 septembre 1915 au sud-est de l'île Amherst près de Nut Island avec sa cargaison de feldspath causant la mort à cinq membres de son équipage. Les pêcheurs regardèrent le bateau couler avec à son bord le capitaine et l'équipage qui périrent. La barre et l'ancre ont été retiré. l'épave repose sur fond de vase à une profondeur est de 104 pieds (visibilité superbe). L'arrivée sur l'épave est féerique (la proue nous souhaite la bienvenue sur cette épave très bien conservée !). Ses mâts reposent sur le pont et sont impressionnants à voir. La majorité de l'équipement est toujours présent. Peu de courant nous attend. Les lampes de plongée sont fortement conseillées pour bien apprécier l'épave.   WM JAMIESON PROFONDEUR 75 pi. / 23 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase. Profondeur 75' (pont à 70'), longueur 100'. Construit à Deseronto en 1878, ce schooner à deux mâts a coulé le 15 mai 1923 alors qu'il transportait 350 tonnes de charbon. Typique des derniers schooner, il était équipé d'un engin à vapeur pour actionner la machinerie sur le pont. Ce site offre une plongée intéressante à l'abri des vents prédominants et peut être visité lorsque les autres sites sont inaccessibles.   ANNIE FALCONER PROFONDEUR 80 pi. / 25 M NIVEAU INTERMÉDIAIRE Sur fond de vase et argile. Profondeur 80' (pont à 75'), longueur 110'. Construit à Kingston en 1867, ce schooner à deux mâts a coulé le 12 novembre 1904 durant un orage. L'équipage a réussit à s'échapper en canot de sauvetage. C'est une épave intéressante et très populaire. Les deux ancres ainsi que la barre offrent de beaux sujets aux photographes sous-marins. AVERTISSEMENTpour la plongée d'épave dans la région de Kingston Vérifiez auprès de votre maître de plongée ou de votre opérateur "charter" des conditions météorologiques sur les sites de plongée avant de choisir l'épave à visiter. La visibilité varie énormément tout au long de la saison selon les conditions du lac. L'eau très froide en début de saison peut engendrer un débit continu et les plongeurs en habit isothermique peuvent être incommodés lors de plongée profonde. Lorsqu'un plongeur est incommodé par le froid et par une mauvaise visibilité, cette situation peut engendrer un niveau d'anxiété élevé. Plonger dans de l'eau très froide avec une visibilité de 2-3' n'est pas une expérience plaisante. Les plongeurs nouvellement certifiés ainsi que les plongeurs sans trop d'expérience doivent éviter de plonger sur les épaves plus profondes. Plongez selon les limites votre niveau de certification. Assurez vous de la présence d'un drapeau de plongée en tout temps et respectez les consignes de sécurité de la plongée sportive.

  • 0 Épave Conestoga

    • tewst
    • par Diables des mers
    • 22-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

    Le Conestoga est une très belle épave mise à l'eau le 6 juillet 1878 par Quale & Son de Cleveland pour Anchor Line. Sa conception techniquement sophistiquée a amené les journaux de l'époque à lui porter des lauriers pour sa force, sa durabilité et sa beauté. Deux cents cinquante pieds de long, munie d'un engin à vapeur puissant, elle atteignait une vitesse de 8 noeuds. Elle a coulé le 22 mai, 1922 après qu’un feu se soit déclaré dans la salle des machines pendant qu’elle attendait de passer l'écluse 28. Elle portait en ce moment 30,000 bushels de blé. La cheminée dépasse le niveau d'eau et indique le site de plongée. La profondeur est de 25 pieds, le courant est de 1 noeud et des poissons de toutes sortes s’y rencontrent. L'entrée à l'eau se fait de la rive en amont de l'épave et est assez facile. Toutes les épaves de l'Ontario sont la propriété de la province et il est illégal d'enlever quoi que se soit. Prenez seulement des photos; laissez seulement des bulles.   S.O.S. CONESTOGA par Monique Bellefeuillerevue La Plongée, décembre 1989   Dans la nuit du 21 mai 1922, le cargo-vapeur de bois CONESTOGA brûla et sombra sous 10 mètres dans les eaux turbides du St-Laurent. Le bateau était à quai dans le vieux canal Galop à Cardinal (Ontario).   Il avait été construit à Cleveland (Ohio) et lancé le 6juillet 1878. Il mesurait près de 80 mètres (252.8 pieds) de long, 12 de large (36 pieds) et 5 (16.2 pieds) de profond. Lors de l'incendie mystérieux de 1922, le CONESTOGA se trouvait dans le bief de l'écluse 28. Il fut évacuée de l'écluse et dériva jusqu'à son actuel lieu de repos...   Depuis le CONESTOGA est devenu un site populaire des plongeurs et archéologues sous-marins. Facile d'accès, le "Connie" présente une coque intacte ainsi qu'une variété de vestiges à admirer.   C'est grâce au groupe d'action "SAVE ONTARIO SHIPWRECKS" (S.O.S) que les plongeurs de la région Hull-Ottawa possèdent toutes les informations quant au passé de cette épave. Ce groupe de plongeurs-archéologues amateurs ont étudié et détaillé ce site au cours des années 1982 et 1983.    LE SITE   Le CONESTOGA se situe à Cardinal, au sud de la route 401. On se rend au site via la jonction de la route 2 et 22. Suivez la 22 sud, franchissez le ponceau pour arriver au fleuve; tournez à droite sur la route de terre battue située près du bâtiment de la "légion"; continuez jusqu'à ce que vous voyez les structures des machines de l'épave sortant de l'eau. Le bateau gît parallèle au rivage, proue à l'ouest (Kingston) et poupe à l'est (Cornwall). L'eau est parfois assez trouble (1 à 5 mètres) dans un courant d'un nœud. Au fil des ans les pilleurs d'épaves, les récupérateurs, le courant et les glaces ont causés d'importants dommages. Plus récemment la pollution s'en est mêlée... Toutefois on peut encore y observer la coque, des débris de charpente et de pontage, des cabestans et autres artefacts souvent rattachés aux épaves du siècle dernier. Le gouvernail se trouve sur le fond à l'arrière de l'épave. Son hélice à 4 pales (chacune mesurant 4 mètres) est encore en place de même que son treuil de poupe, ses cabestans, ses bittes d'amarrage, ses machines, ses chaudières et le guindeau de l'ancre. Malgré le feu et le poids des années, la liste des items encore en place est longue. Plusieurs artefacts provenant de cette épave furent retrouvés un peu partout. La plupart étaient en piteux état, exception faite des pièces de cuivre. L'ancre du CONESTOGA fut retrouvée par les membres de S.O.S. sur la pelouse d'un motel d'Ogdensburg (État de New-York). Cette épave est un des sites les plus fréquentés en Ontario. Plusieurs clubs y font leurs "débuts" ou leurs "fins" de saison. La plongée de nuit y est particulièrement excitante: l'épave devient alors mystérieuse et lugubre. Plusieurs boutiques et écoles de plongées y tiennent leurs plongées de familiarisation ou y testent de nouveaux équipements. Les photographes sous-marins amateurs et professionnels y trouvent leur compte. Merci S.O.S. pour votre merveilleux travail de restauration et de recherche.  

  • 0 Épave Rothesay

    • tewst
    • par Diables des mers
    • 22-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

    Cette épave avait été mise à l'eau le 2 février 1868 à St-Jean, Nouveau Brunswick. Sa coque de 193 pieds de long était propulsée par des roues à aubes. Ce bateau faisait la liaison entre Montréal et Prescott lorsqu'il entra en collision avec le remorqueur américain Myra et coula le 12 septembre 1889. En 1901, un groupe du Collège Militaire Royal de Kingston l'utilisa pour des pratiques avec des explosifs. Bien que la section centrale soit aplatie, la proue et la poupe demeurent relativement intacts. Un câble relie la rive à la section médiane près des roues à aubes. Le fond est ferme avec une croissance d'algues entre l'épave et la rive. La profondeur est de 30 pieds et tout comme l'épave du Conestoga, il y a un léger courant.   L'épave du Rothesay  par Mike et Monique Bellefeuillerevue La Plongée, août 1992 En bordure de la frontière ontarienne, au sud d'Ottawa et à l'ouest de Montréal, l'épave du Rothesay, un bateau à vapeur du 19e siècle, repose dans les eaux du fleuve Saint-Laurent. Elle se situe à 10 mètres de fond dans une eau verte et légèrement troublée, relativement paisible et dépourvue de courant. Cela dit, il faut faire attention aux coups de palmes car on peut brouiller le fond très rapidement, ce qui rend la visibilité mauvaise et ruine la plongée. L'avant et l'arrière de l'épave sont en bonne condition malgré le fait que le centre du navire ne soit plus qu'un amas de pièces éparpillées. Malgré la visibilité moyenne, il y a plusieurs recoins à découvrir sur l'épave, comme ces grandes roues à aubes en bois qui reposent de chaque côté de la coque telles des sentinelles silencieuses ou encore la chambre des maillons avec son dégât de métal éparpillé ici et là. On peut y voir une grosse chaudière d'où provenait le pouvoir de sa propulsion navale. Notons qu'une lampe submersible est fort utile pour découvrir d'autres petits trésors cachés. Les plongeurs racontent souvent plusieurs histoires au sujet d'un mystérieux poisson de la rivière : la Carpe meurtrière ! Mais ce ne sont que des histoires inventées pour effrayer les nouveaux plongeurs qui malheureusement, mordent parfois à l'hameçon ! Il y a plusieurs autres espèces de poissons comme la perchaude, le brochet et les anguilles communes d'Amérique. Ceci indique la présence d'un bon équilibre écologique en voie de croissance. Mais partout, on voit également les signes du stress provoqué par la pollution sur la vie marine et sur l'épave. En 1991, l'épave fut d'ailleurs endommagée par un embâcle provoquant l'effondrement de l'avant du navire sous le poids des glaces  Une épave plus que centenaire Le Rothesay fut construit à St-Jean au Nouveau-Brunswick, le 2 février 1868, un an après la Confédération du Canada. Il a commencé son périple en navigant sur les eaux salées de l'Atlantique entre les villes de Fredericton et St-John. Il a été construit selon les normes de l'époque avec des chaudières à vapeur qui font tourner de grandes roue à aubes faites de bois imperméable. En raison de sa vitesse, il fut envoyé dans le Haut Canada pour desservir les villes de Brockville et Montréal comme bateau de récréation pour passagers. Son histoire navale a pris fin le 12 septembre 1889 lorsqu'il entra en collision avec un autre bateau, le Myra. Seul le Rothesay coula, l'autre ne subit que quelques égratignures. Heureusement, tous les passagers s'en sont sortis sains et saufs. La coque du bateau a coulé au fond du fleuve mais son pont assez haut dépassait à la surface de l'eau. Une situation qui rendait la navigation dangereuse pour les autres bateaux. On le laissa ainsi jusqu'au début du 20e siècle, soit jusqu'à ce que le Royal Military College de Kingston décide de faire une pratique d'artillerie pour essayer de nouveaux systèmes d'explosif. Un beau jour d'été, on chargea le bateau de dynamite et puis "boom !", on en fit sauter le centre pour étudier les résultats. La mentalité de l'époque était malheureusement très différente de celle d'aujourd'hui. Plus tard, on suggéra de faire enlever la portion d'épave qui dépassait de la surface pour rendre la navigation plus sécuritaire sur le fleuve. L'épave fut oubliée jusqu'en 1964, où le 25 septembre elle a été redécouverte par un petit groupe de plongeurs du Underwater Society d'Ottawa. En 1988, Save Ontario Shipwreck et le Forces Subaqua Club (sous la direction de Jane Samson) se sont réunis pour faire des recherches concernant ses caractéristiques et son histoire. On peut y voir aujourd'hui la plaque commémorative qu'ils y ont installée. L'épave est située du côté ouest de la ville de Prescott près de la route provinciale 2 qui longe le fleuve Saint-Laurent. Une plaque historique sur la rive indique bien le site. Pour se rendre à l'épave, il faut palmer environ 750 mètres de la rive à l'épave en suivant un câble. Ceux et celles qui n'ont pas la condition physique pour parcourir cette distance importante devrait utiliser un bateau. Le site est très facile à trouver. Il y a des bouées d'amarrage et une longue chaîne qui part du rivage jusqu'à l'épave. Plusieurs clubs de plongée s'y rendent pour faire des certifications. Il s'agit également d'une destination intéressante pour agrémenter une journée d'été qui commence avec une plongée sur l'épave du Rothesay, suivi d'un pique-nique sur la rive du Saint-Laurent et enfin une seconde plongée sur l'épave du Conestoga, à quelques kilomètres de là, dans la région de Cardinal.    

  • 0 Old Dock

    • tewst
    • par Diables des mers
    • 22-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

  • 0 Les Escoumins

    • Autres
    • par Diables des mers
    • 22-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations

  • 0 Lock 21

    • tewst
    • par Diables des mers
    • 22-03-2021
    0.00 de 0 Évaluations